page contents
USA Real Estate Blog

Qui a eu cette idée folle de réinventer l’école ? – Crowd

0 19


Comment en 1910 on se représentait l’école des années 2000…

Un établissement scolaire sans classes, une cité U en lieu d’apprentissage et d’engagement, une école laboratoire… Focus sur trois lieux qui inventent une autre école.

Au Danemark, apprends comme il te plaît

Dans ce tour des initiatives pédagogiques innovantes on peut — évidemment — difficilement faire l’impasse sur l’éducation scandinave qui caracole chaque année dans les tops du test PISA. Une se distingue tout particulièrement et est régulièrement saluée : l’Hellerup Skole. Quand en 2001 la municipalité de Hellerup — petite ville au nord de Copenhague — décide de bâtir un nouvel établissement scolaire, elle fait asseoir au berceau le futur principal, parents, élèves et architecte. « Le bâtiment est donc né des besoins de ses utilisateurs », peut se flatter son principal. De cette réunion a émergé un lieu atypique : à l’Hellerup Skole point de salles de classe. L’espace doit être flexible comme l’enseignement dispensé aux enfants.

A l’Hellerup Skole apprends où ça te plaît…

Concrètement, les élèves — ils sont 650- sont dispersés dans des groupes d’âge chapeautés par une cinquantaine de professeurs. Chaque “leçon” commence par un point avec le professeur sur les objectifs de l’élève. Une fois son devoir reçu, l’élève s’isole ou travaille en groupe son sujet dans un immense open space modulé par ses occupants selon les besoins. Pour nourrir l’enseignement et encourager à la communication hors de l’école, les smartphones et ordinateurs sont autorisés. Plus étonnant, les élèves plus âgés peuvent aller se promener hors de l’établissement s’ils bloquent tant qu’ils restent en contact via leur smartphone avec leurs professeurs. Et ça marche : les résultats des élèves s’inscrivent dans la moyenne nationale… quand ils ne sont pas meilleurs.

La cité universitaire, lieu d’apprentissage ?

A la Maison Frateli on réside et on apprend aussi. Svenia Busson, experte Edtech en parle dans un article comme d’un “tiers-lieu d’apprentissage”. Depuis 2014 trois maisons Frateli ont vu le jour en région parisienne. Ces résidences universitaires sont à destination d’étudiants boursiers. Ces derniers — qui doivent à la sélection montrer patte blanche par leur motivation — entrent dans une vraie communauté d’apprentissage. En effet chaque résident s’engage à investir 3 à 4h par semaine de son temps libre dans les activités de la maison : les anciens dispensent des cours de soutien aux plus jeunes. Mais pas que. Sur une bourse de compétences en ligne, chacun indique ce qu’il est prêt à échanger. Un cours de ratatouille contre un de batterie ? Deal ! Frateli encourage aussi les étudiants à monter et gérer des projets. Encadrés par des experts de la gestion de projet, les étudiants se lancent dans des jardins partagés, animent des sessions d’assistance administrative et juridique auprès des gens du quartier ou développent une offre de soutien scolaire par le théâtre à destination des enfants réfugiés. Le résultat ? Des étudiants en stage permanent qui développent des compétences pros… tout en s’engageant dans la vie de la Cité.

L’école en révolution permanente

A Paris devrait s’ouvrir très prochainement au sein de l’espace collaboratif Liberty Living Lab la première Laboratory school (« école laboratoire ») française. A sa tête, Pascale Haag, psychologue et maître de conférences à l’EHESS. Ce type d’école né au XIXe siècle aux Etats-Unis et en Asie consiste en une école élémentaire adossée à un laboratoire ou une équipe de recherche pédagogique. Des chercheurs en sciences de l’éducation et en sciences cognitives pourront observer la vie éducative des enfants. Ces derniers bénéficieront d’une éducation personnalisée : un élève de CE2 à l’aise en français pourra suivre les cours des élèves de CM1 et s’il peine dans une autre matière suivre les cours du niveau inférieur. La Lab School étant hébergée par le Liberty Living Lab, on peut imaginer que les enfants seront au contact des “grands” qui travaillent et apprendre de leur observation. Petite particularité, l’école invite les parents et enfants à s’investir dans la recherche pédagogique et à “apprendre en faisant”. Pascale Haag entend avec sa Lab School adapter l’éducation à la mutation en branle de nos sociétés : “Nous savons désormais que nombre de métiers qui existent aujourd’hui sont amenés à disparaître, tandis que les métiers de demain n’existent pas encore (…) Le rôle de l’école est désormais moins de transmettre des contenus que de donner aux jeunes les moyens de développer pleinement leur potentiel, d’apprendre à apprendre tout au long de la vie, tout en développant leur créativité, leur esprit critique et leurs capacités de discernement”. Inspiré !



Source link

قالب وردپرس

You might also like

Leave A Reply

Your email address will not be published.